Modemparis.fr
Paris
Accueil > Une ville plus solidaire

Une ville plus solidaire

La valeur d’une société se mesure à la place qu’elle réserve aux plus faibles des siens. La valeur d’une ville également, surtout lorsqu’elle compte deux millions d’habitants qui, au fond, s’ignorent trop les uns les autres. Et l’on connaît ce paradoxe d’une ville très peuplée, très vivante, très active, mais où l’on peut très vite basculer dans les difficultés, la solitude, le désespoir aussi. Il n’y a rien de plus important, pour un responsable public, que de tisser ou de retisser des liens entre les gens. C’est toute l’ambition de notre projet pour Paris, qui prend tout son sens dans ce chapitre consacré à l’action sociale et aux solidarités. Une ville plus humaine, c’est une ville qui sait accueillir ses enfants, pense aux personnes âgées, qui aide les handicapés, qui protège et intègre les personnes exclues de la société.

Concilier vie familiale et vie professionnelle reste difficile à Paris

26% des 490 000 familles vivant à Paris sont monoparentales, contre 17% en France. La natalité est plus forte que dans le reste de la France (14,8 naissances pour mille habitants à Paris contre 13,2 en France). Les femmes sont plus actives (80 % contre 77 % en France). Les horaires de travail sont plus décalés (1 Parisien sur 3 travaille en horaires décalés ou le week-end). Enfin, 63 % des familles parisiennes sont locataires contre 40 % au niveau national. Seulement 44 % de logements ont plus de trois pièces à Paris contre 81 % en France. 11 % des familles disposent de moins d’une demi-pièce par personne.

Si la population parisienne globale ne diminue plus, il n’en est pas de même pour les familles avec plusieurs enfants : elles continuent de quitter Paris. Ainsi, les familles avec un enfant représentent la moitié des familles à Paris, contrairement à l’ensemble de la France où elles sont minoritaires (42 %).

Le premier problème des familles est le logement. Les logements de taille adaptée aux familles sont peu nombreux et surtout beaucoup trop chers : une famille nombreuse aux revenus modestes ne peut quasiment pas se loger à Paris.
Le coût de la vie quotidienne est globalement le plus élevé de France, et les transports en commun ne sont pas adaptés aux familles et aux enfants en bas âge.

Le problème toujours non résolu de l’accueil de la petite enfance

Sur 75 500 enfants de moins de 3 ans, 22 400 sont accueillis en crèche, 4 000 sont gardés par une assistante maternelle agréée, et les haltes-garderies et jardins d’enfants, qui accueillent les enfants jusqu’à 4 ou 6 ans, comptent 6 000 places en tout. Les parents des 43 000 autres enfants doivent trouver une solution soit au sein de la famille, soit auprès d’une auxiliaire parentale non agréée. Pour ceux qui n’y parviennent pas, l’un des parents est contraint à renoncer au moins temporairement à sa vie professionnelle.

Le modèle de la crèche collective, même en horaires élargis, ne répond pas toujours aux besoins des parents à horaires décalés, comme aux besoins des parents dont les deux sont actifs (77% des familles parisiennes). Les conditions d’attribution des places en crèche demeurent encore opaques. Si des commissions d’attribution ont été créées dans presque tous les arrondissements, leur fonctionnement dépend du bon vouloir du maire d’arrondissement. Le coût d’une crèche collective pour les parents, proportionnellement à leurs revenus, s’établit entre 30 et 915 euros par mois. Le coût moyen est de 300 euros. Les autres modes de garde, garde partagée, assistante maternelle..., sont souvent méconnus, et donc sous-utilisés.

Les modes de garde individuels ne sont pas une solution à la portée des familles modestes en raison de leur coût élevé. Au total, les parents doivent débourser entre 600 et 1200 euros mensuels pour un temps plein pour une assistante maternelle ou une auxiliaire parentale à domicile, en comptant toutes les aides et réductions d’impôt.

 

Agenda

17/12/17 à 09:30

Congrès du Mouvement Démocrate

08/01/18 à 19:00

Vœux du Groupe UDI-MoDem à l'Hôtel de Ville

10/01/18 à 19:30

Vœux du groupe MoDem au Conseil régional

Voir tout l'agenda