Modemparis.fr
Paris

Conseil de Paris

"La journée d’un élève à Paris est longue, parfois trop longue notamment en maternelle"

18 Mai 2016

Béatrice Lecouturier, Conseillère de Paris, saluait lors de la séance du Conseil de Paris du 17 mai 2016 le travail constructif et les propositions de bon sens faites par la mission d'information et d'évaluation relative au périscolaire à Paris: "l'offre périscolaire est riche et variée mais se doit encore d’évoluer".

Madame la Maire,

Je me joins bien évidemment aux remerciements de mes collègues à l’Administration et aux Services de la ville qui ont accompli un travail remarquable de précision et de concision durant toute cette MIE et je souhaitais rendre un hommage tout particulier à Mr Brun et mr Des Boscs qui ont été les chefs d’orchestre chevronnés de cette belle équipe.

Pour rester dans le registre musical, je tiens également à remercier le président de cette MIE Mr Jean-Baptiste Menguy et sa rapporteure Mme Barraty Elbaz, parfaits tous les 2 en premiers violons, qui ont su jouer leur partition sans couac faisant adopter à l’unanimité des membres de la MIE 50 préconisations émanant d’un travail collectif, respectueux et transpartisan qui vont ont été remises Madame la Maire le 3 Mai dernier.

Enfin, une dernière pensée à mes collègues élus et leurs collaborateurs, qui ont suivi avec fidélité et constance, ces travaux qui nous ont réunis chaque vendredi après midi, durant 6 mois, créant de fait, des sympathies extra partisanes.

Ces 6 mois de travail, les auditions de 85 interlocuteurs, les nombreuses visites sur le terrain nous ont ouvert les portes du périscolaire à Paris pour nous faire une idée juste de l’offre parisienne et à partir de ce bilan, vous faire les propositions pour faire évoluer un dispositif qui fonctionne déjà efficacement.

Nous avons donc découvert au travers de cette MIE toute la richesse de l’offre périscolaire à Paris parfois trop méconnue, et constaté que nos petits parisiens étaient bien gâtés de profiter des activités en dehors du temps scolaire encadrés par des personnels investis et soucieux de leur mission.

Cette MIE qui s’est déroulée dans un esprit constructif et collaboratif nous a permis de rencontrer de nombreux acteurs intervenant dans le cadre du périscolaire à Paris qu’ils soient parents d’élèves, élèves, représentants syndicaux des personnels enseignants et d’animateurs, REV, ASEM. Nous avons pu également nous nourrir des expériences des élus de grandes villes comme Marseille, Lyon ou La Rochelle.

La journée d’un élève à Paris est longue, parfois trop longue notamment lorsqu’on est en maternelle. En classe dès 8h30, il n’en repart bien souvent pas avant 18h soit près de 10h en collectivité.

D’où l’impérieuse nécessité de proposer à ces enfants des activités de qualité pour que leur journée scolaire soit ponctuée de moments de pause.

La richesse du périscolaire à Paris est incontestable, dense et variée. De la pause méridienne en passant par le moment du gôuter, des ARE ou de l’étude surveillée, les jeunes parisiens profitent de manière générale de prestations de qualité, encadrés par un personnel compétent et investi.

Mais si nous restons unanimes sur ce constat de variété et de richesse, il n’en reste pas moins des lacunes à combler.

En effet, la demande de formation des personnels a été criante. Les animateurs et les ASEM ont évoqué à maintes reprises le manque de journées de formation. Sur le terrain, nous avons bien constaté que la qualité d’un atelier tenait, en réalité, à la qualité et à l’investissement de l’animateur ou de l’ASEM qui le tenait. Mais ressortait en permanence ce sentiment de faire avec son cœur mais sans être accompagné.

Nous proposons donc un volet formation annuel plus efficace pour les personnels d’animation ville et les ASEM.

La place du périscolaire doit être mieux reconnue au sein de l’école et ses différents acteurs. Ainsi, la demande d’organiser des temps de festivité autour du travail produit par les élèves durant ce temps périscolaire est revenue fréquemment.

Valoriser le travail des enfants et de leurs animateurs au travers d’expositions ou de vernissages ou de démonstration serait une façon d’inscrire l’harmonisation du temps scolaire et du temps péri scolaire dans la journée de l’enfant.

La force Paris est dans la force de son terrain et le talent de ses arrondissements. Pourquoi encore trop d’associations émanant des territoires de chaque arrondissement ne sont-elles pas mieux valorisées et retenues dans le fonctionnement des ateliers péri- scolaires ? Pourquoi encore dans le 16è arrondissement aucune, je dis bien aucune association n’est retenue cette année pour intervenir auprès des élèves de cet arrondissement,

C’est une demande qui mérite plus de réflexion madame la Maire car comment valoriser au mieux un travail lorsqu’on connaît son territoire ?

Enfin abordons la question qui fâche à savoir les ARE en toute petite et petite section de maternelle …

Même si cette préconisation n’a pas été retenue par la MIE, notre groupe UDI Modem demande la suppression de ces ARE dans les classes des toute petites et petites sections de maternelles à Paris.

En effet, en écoutant attentivement les personnels qui s’occupent des enfants de ces classes, les parents d’élèves, en faisant des visites sur les terrain dans plusieurs écoles maternelles, le constat d’un manque évident d’opportunité des ARE pour des enfants de 2 et 3 ans est flagrant.

En effet les activités sont restreintes avec des enfants ayant un temps d’attention très limité. Sur 1H 30 d’atelier, l’animateur ne peut en réalité faire une activité avec ces très jeunes enfants, pendant 10 minutes, ¼ d’heure au maximum, le reste du temps s’écoulant à faire des dessins.

Dans ces conditions, où se situe le réel intérêt de l’enfant ?

La place de ces petits enfants ne serait-elle pas mieux consacrée à leur temps de sieste ? Alors je sais bien que figure dans les préconisations une possibilité d’expérimentation d’autonomie à ce sujet pour les écoles volontaires et je la salue car elle va dans le bon sens mais elle est à mon avis insuffisante.

C’est pourquoi je continue à plaider pour une suppression totale des ARE pour l’ensemble des petites et toutes petites sections de maternelles parisiennes.

La force d’une réforme réside dans les adaptions de sa mise en place madame la Maire et cette mesure serait un signe de bon sens et de souplesse dans un mécanisme implacable où l’uniformité doit être de mise entre un enfant de 2ans et un autre de 11 ans.

Nous resterons également particulièrement vigilants sur le bilan des effets des ARE sur les apprentissages, l’attention et la fatigue des enfants. Une évaluation à l’échelle parisienne serait tout à fait pertinente quant au choix de la ville de Paris à appliquer cette réforme dès 2013 sur un schéma de 2 séquences hebdomadaires d’ateliers périscolaires de 1h30 chacun et le mercredi matin travaillé.

En conclusion madame la Maire, cette MIE n’est qu’un départ et l’offre périscolaire même si elle est riche et variée ne doit pas se contenter d’en rester là et se doit d’évoluer.

Nous garderons un œil particulièrement attentif sur la mise en œuvre de ce rapport qui vous a été remis Madame la Maire et comptons sur vous pour mettre en musique cette belle partition.

Je vous remercie

Toutes les interventions