Modemparis.fr
Paris

Conseil de Paris

Stationnement des professionnels : "Prévoyons un dispositif spécifique pour les auto-entrepreneurs !"

16 Mars 2015

Maud Gatel intervenait lundi au Conseil de Paris à propos du stationnement des professionnels. "Malgré les incantations de simplification, c'est surtout à une augmentation de tarifs que les professionnels vont devoir faire face", a-t-elle regretté.

Merci Madame la Maire.

Madame la Maire, mes chers collègues,

Par ces deux délibérations, 2015 DVD 13 et 2015 DVD 117, nous sommes amenés à nous prononcer sur le déploiement des mesures, votées fin 2014 et début 2015, pour les professionnels.

Faciliter les déplacements et le stationnement des professionnels est une des conditions de la vitalité de notre ville : les artisans, les commerçants, les professionnels de santé participent à l’identité de notre capitale, à son savoir-faire et son dynamisme. Ils doivent dès lors pouvoir se déplacer dans notre ville et il ne leur est pas toujours possible de le faire sans véhicule à 4 roues…

Comme les autres publics, il est évidemment important qu’ils puissent également contribuer à l’indispensable diminution de la pollution atmosphérique grâce au changement d’habitudes. L’incitation, au remplacement de véhicules thermiques les plus polluants par des véhicules propres et les aides financières pour favoriser ce changement vont naturellement dans le bon sens, même si les véhicules professionnels propres sont encore trop peu nombreux et dès lors très coûteux, malgré les aides.

Dans la DVD 113, vous évoquez la nécessité d’une « profonde simplification pour une plus grande lisibilité et une modernisation du système ». Je pense que les professionnels retiendront surtout, car c’est avant tout ce dont il s’agit, l’augmentation des tarifs de stationnement à laquelle ils vont devoir faire face, à l’image du nouveau système pour le stationnement des résidents et des visiteurs.

La simplification affichée est surtout une rationalisation des dispositifs : la baisse du nombre de cartes Sésame, désormais simplement limité à trois ; certaines catégories de professionnels sortent du dispositif, quand d’autres peuvent désormais y prétendre ;

Sur ce point, nous regrettons que la délibération ne prévoit pas un dispositif spécifique pour les auto entrepreneurs relevant de ces catégories ; en effet, dans la mesure où ils ne sont pas inscrits au registre du commerce, ils ne peuvent relever du dispositif, alors même qu’ils sont amenés à se déplacer pour les mêmes motifs professionnels.

La nouvelle organisation proposée prévoit la possibilité de rester garé pendant 7 heures d’affilée. Cela répond sans conteste aux attentes de certains professionnels, contraints jusqu’alors d’interrompre régulièrement leur travail pour être en règle.

Pour autant, et malgré les incantations de « simplification » de la délibération, c’est aussi, et surtout, à une augmentation des tarifs que les professionnels vont devoir faire face, à l’image de ce que particuliers relevant des catégories résidents et visiteurs connaissent depuis début janvier.

Certes, vous répondez à l’une de nos demandes, exprimées dès le premier débat sur le stationnement, d’autoriser la gratuité du stationnement pour les professionnels détenant un véhicule propre (électrique, GNV et hybride dans certaines conditions). Malheureusement, c’est encore une très faible minorité, et pour les autres, c’est à une augmentation par rapport au système prévalant jusque fin 2014 qu’ils devront faire face.

Comme pour les particuliers relevant du tarif résident, le montant de la carte annuel explose, pouvant s’élever jusqu’à 240 euros par an. Quant au tarif journalier, il est certes harmonisé par grande catégorie, mais cela impliquera une augmentation significative notamment pour de nombreux professionnels qui n’ont, en effet, pas tous les mêmes besoins en matière de stationnement. S’il peut être utile pour un entrepreneur de pouvoir stationner à proximité d’un chantier pendant 7 heures consécutives, cela n’a aucun sens pour un professionnel du soin. Ainsi, alors qu’ils bénéficiaient de deux heures de gratuité avec l’ancien système, ils devront désormais s’acquitter du stationnement dès la première minute avec le nouveau dispositif.

Par ailleurs, nous regrettons la vision très Parisiano-centrée déjà dénoncée lors des précédents débats sur le stationnement. Dans le dispositif que vous proposez, seuls les professionnels de la petite couronne sont concernés. Pourtant, nombreux sont les Franciliens, de grande et de petite couronne, à travailler à Paris. Pour les professionnels de la grande couronne, rien n’est prévu, ni stationnement de longue durée, ni tarif professionnel et ils doivent s’acquitter du tarif visiteurs qui a lui aussi explosé. Pourquoi dès lors ne pas ouvrir ce dispositif à l’ensemble des professionnels de la région, grande couronne comprise, et leur laisser la possibilité, s’ils en ont l’utilité, de choisir de relever ou non de ce dispositif ?

Je vous remercie.

Toutes les interventions