Modemparis.fr
Paris

Conseil de Paris

Propreté de Paris: "Il faut se donner des obligations de résultats et pas seulement de moyens"

15 Février 2016

Maud Gatel, Conseillère de Paris, intervenait lors du Conseil de Paris du 15 au 17 février 2016 à propos du renforcement de la propreté et de la stratégie "0 déchet".

Beaucoup de choses ont d’ores et déjà été dites, et je ne reviendrai pas sur la perception négative des Parisiens et des visiteurs sur la propreté dans notre capitale. Le volontarisme en la matière doit être de mise, car ce sont le cadre de vie des Parisiens et l’image de notre ville dont il s’agit. Il faut donc se donner des obligations de résultats et pas seulement de moyens. Car c’est seulement ainsi qu’on permettra un changement des comportements individuels, l’exemplarité appelant l’exemplarité.

Dans cette communication, certaines annonces vont dans le bon sens

- C’est le cas de la création de 100 postes pour la propreté dès cette année. Mais il faut aussi s’attaquer aux causes du mal-être des agents qui fait de la DPE la direction où le taux d’absentéisme est le plus fort. Certaines pistes sont évoquées dans la communication, mais elles paraissent aussi timides que tardives. Cet élément est pourtant central pour améliorer significativement le service rendu aux Parisiens.

- Les investissements pour du nouveau matériel y contribueront. Mais pour que cela permette un véritable saut qualitatif, il faut veiller à leur entretien. Aujourd’hui, les pannes de matériel sont fréquentes avec des conséquences immédiates sur l’efficacité des tournées.

- Nous la demandions dès 2008. Mieux vaut tard que jamais, je me réjouis donc de la mise en place annoncée d’une brigade verte, qui doit permettre des interventions rapides en cas de nuisance constatée.

- Nous avions demandé que des lieux de collecte supplémentaires puissent être installés sur les nouveaux lieux de rassemblement, par exemple, sur les Berges de Seine où ils sont en nombre clairement insuffisants. Vous nous aviez indiqué que c’était inutile. Vous avez révisé votre jugement. Tant mieux.

- Le déploiement des corbeilles de rue et l’annonce de la diffusion des cendriers de poche devraient permettre de diminuer significativement la quantité de mégots dans nos rues. Je redis néanmoins la nécessaire mobilisation de tous en la matière, et notamment des restaurateurs, à travers le balayage des terrasses et la mise à disposition de leurs clients des cendriers.

- Enfin l’annonce d’une version 2 tant attendue de l’application dans ma rue va évidemment dans le bon sens, tant les dysfonctionnements de la version actuelle sont nombreux et l’aide utile que celle-ci devrait être en mesure d’apporter à l’organisation de la collecte.

Je voudrais aussi également insister sur une dimension absente dans la communication : celle des déchets de chantiers. Une plus grande fermeté doit être de mise, certaines sociétés s’affranchissant régulièrement de leurs obligations. Or ces dépôts sauvages en appellent d’autres, pour la plus grande irritation des riverains.

Pour mesurer les efforts accomplis et le chemin qui reste à parcourir, nous proposons que soit mis en place un dispositif d’évaluation de la politique de propreté à travers un baromètre plus efficace. Dans une perspective d’évaluation, mais aussi d’information des riverains, une carte des interventions en tant réel pourrait être mise en place. Dans le 15e arrondissement, le nettoyage de certaines rues se fait tous les dix jours ! Ce n’est pas normal.

La réactivité des interventions, c’est en effet la clé pour l’amélioration de la propreté dans les arrondissements. Et, je regrette que cette communication n’aille pas plus loin en matière d’organisation des collectes et de subsidiarité. Le système actuel dilue la responsabilité et ne permet pas la réactivité que les Parisiens sont en droit

d’attendre. Qu’attendez-vous pour permettre une délégation réelle de la gestion de la propreté aux mairies d’arrondissement en leur attribuant les moyens humains et financiers correspondant? Les élus d’arrondissements connaissent mieux que quiconque leur arrondissement et les besoins en matière de propreté et sont les plus à même, selon le principe de la subsidiarité, de rendre le meilleurs service à leurs administrés.

Vous en convenez, les résultats du tri sélectif à Paris restent encore trop limités. Pour remplir les objectifs de la politique 0 déchet, plusieurs éléments nous semblent nécessaires :

Nous avions eu l’occasion de le dire, 2 espaces propreté et 7 Centres de valorisation et d'apport des encombrants - CVAE, c’est trop peu pour la capitale compte tenu des priorités affichées. L’augmentation du nombre de déchetteries doit être une priorité. Ne perdons pas de temps en la matière.

58% des Parisiens souhaitent plus d’informations sur le tri et le recyclage. Les actions menées à destination des enfants sont très utiles. Mais cela n’est pas suffisant. Il faut mettre l’accent sur la sensibilisation de tous les Parisiens. Tous les Parisiens, au moment de leur installation dans la capitale, pourraient se voir remettre un guide du recyclage, car les pratiques varient d’un lieu de résidence à un autre. Il faut également veiller à envoyer régulièrement aux copropriétés et syndic des autocollants pour les bennes.

Enfin, parce que la réutilisation est le meilleur moyen d’accéder au 0 déchet, nous vous proposons de systématiquement coupler la collecte des encombrants avec le travail des ressourceries.

Au-delà des annonces qui sont présentées dans cette communication, c’est leur déploiement effectif dans des délibérations à venir qui nous permettront de juger de l’efficacité réelle de ce nouveau plan propreté – Et plus encore son évaluation détaillée dans le prochain rapport annuel.

Maud Gatel

Conseillère de Paris

Toutes les interventions