Modemparis.fr
Paris
Accueil > Article > Un immense merci aux militants !

Un immense merci aux militants !

14 Juin 2019

Maud Gatel, présidente du MoDem Paris, revient sur les résultats des élections européennes: "Ne nous y trompons pas : si à Paris, notre liste arrive en tête des suffrages avec 33% des voix, au niveau national, la victoire du Rassemblement national (anciennement Front national) constitue une défaite".

Mes premiers mots seront pour remercier les militants de notre mouvement qui n’ont pas ménagé leurs efforts dans le cadre de la campagne européenne, depuis l’automne dernier, et ces derniers mois avec les adhérents d’En Marche, d’Agir et du Mouvement radical pour défendre la liste Renaissance. Dans des conditions parfois difficiles, vous avez contribué à sensibiliser le plus grand nombre à l’importance de cette élection.

Alors que l’Union est aujourd’hui à la croisée des chemins, que beaucoup souhaiteraient sa dislocation, notre mobilisation était aussi évidente que vitale. Car nous le savons bien, selon que l’Union européenne existera ou non, l’équilibre du monde ne sera pas le même. Et seule une construction européenne renforcée nous permettra de faire face aux défis qui sont devant nous, tant environnementaux qu’économiques, sociaux ou encore migratoires et énergétiques. C’est cette ambition que nos élus devront porter, à Bruxelles et à Strasbourg.

Ne nous y trompons pas : si à Paris, notre liste arrive en tête des suffrages avec 33% des voix, au niveau national, la victoire du Rassemblement national (anciennement Front national) constitue une défaite. Comme en 2014, la 1e délégation à Bruxelles et à Strasbourg sera constituée de membres d’un parti qui œuvrent au démantèlement de l’Union. C’est à la fois leur victoire et notre échec. A l’issue de 6 mois de crise sociale, nous ne sommes pas parvenus à convaincre nos concitoyens de notre capacité à dessiner un nouveau contrat social. Il nous faut donc poursuivre nos efforts pour répondre, au niveau national comme au niveau local, aux attentes légitimes de nos concitoyens, en matière de justice sociale et d’équité.

Les résultats de ces élections doivent nous inciter à tirer plusieurs enseignements pour notre action politique au quotidien, et dans la perspective des prochaines échéances :

  • Nous ne le savons que trop, les élections européennes mobilisent peu. Avec 60% de votants à Paris, la participation a été plus importante que lors des derniers scrutins et c’est un motif de satisfaction de voir que nos concitoyens se sont ainsi saisis des enjeux européens. 
  • Si à Paris le score du Rassemblement national n’atteint que 7% des voix, ce chiffre cache en réalité une grande disparité, entre le centre-ville et ses franges où la liste soutenue par Marine Le Pen atteint parfois 20% des suffrages exprimés. Une illustration de la nécessité de redoubler nos efforts pour lutter contre les trop nombreuses fractures que connaissent notre pays comme notre capitale : économique, territoriale, ou sociale.  
  • Le très fort score de la liste d’Europe écologie Les Verts – près de 20% des voix à Paris - souligne à la fois la persistance d’un électorat de gauche très mobilisé et la prise de conscience croissante de l’impérieuse nécessité d’agir en faveur de la transition écologique ; si cette question était au cœur du programme de Renaissance, notre liste n’est pas parvenue à attirer majoritairement le vote écologiste.
  • L’effondrement de la liste soutenue par Les Républicains est le reflet d’une stratégie jusqu’au boutiste, défendant des idées n’ayant rien à envier au programme de Marine Le Pen. Cette stratégie mortifère a poussé les électeurs de la droite modérée à privilégier la liste Renaissance à la liste conduite par FX Bellamy.
  • La liste soutenue par le PS a fait un score particulièrement bas à Paris – 8 % des voix, à peine davantage qu’au plan national – démontrant une nouvelle fois la faible capacité d’entrainement de la maire de Paris dans le cadre des scrutins nationaux.
  • L’effondrement de ces deux forces – PS et LR – qui ont dirigé Paris et la France ces 30 dernières années est une suite logique de leur incapacité à se réformer. Pour autant, pour tous les démocrates soucieux d’alternances, ce n’est pas en soi une bonne nouvelle.

Depuis dimanche 26 mai dernier, d’aucuns tirent des conclusions hâtives. Non, les résultats des élections européennes ne présagent en rien les résultats à venir lors des prochaines échéances municipales.

Un tel raccourci est à la fois faux compte tenu du mode de scrutin singulier et méprisant pour les électeurs – ce ne sont ni les mêmes enjeux, ni les mêmes modalités, ni les mêmes forces en présence.

En mars prochain, nous avons une chance historique de mettre fin à la gestion clanique d’Anne Hidalgo. Mais pour ce faire, il faut s’accorder sur une stratégie claire, travailler à un véritable projet avec et pour les Parisiens, incarné par des personnalités engagées et sincères. Pour nous, seul un large rassemblement au service des Parisiens permettra de mettre fin au règne d’Anne Hidalgo et à sa gestion défaillante. Avec des femmes et des hommes travaillant dans la proximité, et portant une réelle ambition pour la Capitale.

C’est ce à quoi nous continuerons à travailler dans les semaines et mois qui viennent.

Maud Gatel, présidente du Mouvement Démocrate de Paris.

Agenda

00/00/00 à 00:00

Université de rentrée du Mouvement Démocrate

Voir tout l'agenda