Modemparis.fr
Paris
Accueil > Article > Nouvelles mobilités: le grand bazar du "free floating" à Paris

Nouvelles mobilités: le grand bazar du "free floating" à Paris

3 Avril 2019

Dans son intervention au Conseil de Paris, Maud Gatel déplore le manque d'anticipation, d'encadrement et de non accompagnement de l'arrivée des nouveaux opérateurs

Madame la Maire, mes chers collègues,
Depuis 2016, et l’arrivée sur l’espace public parisien des :

  • Scooters électriques
  • Vélos partagés sans station 
  • Trottinettes électriques

Les trottoirs de Paris ressemblent à un grand bazar du free floating.

L’arrivée de nouveaux opérateurs a contribué à élargir l’offre de mobilité. Et en cela, nous y sommes favorables, même si s’agissant des trottinettes électriques, nous sommes bien loin de la mobilité active et durable.

Mais ce développement nécessite d’être anticipé, encadré, accompagné.

Et contrairement à ce qu’affirme la délibération, la Ville n’a pas accompagné le développement des offres en free floating, elle les a subies. Après avoir fait preuve d’attentisme et de laisser-faire, elle cherche aujourd’hui à rattraper un retard qui a eu des effets importants sur l’encombrement de la chaussée en à travers... une redevance.

Par absence d’anticipation toujours, par opportunisme parfois – cela palliait partiellement le vide laissé par le fiasco Vélib’-, vous avez laissé se développer, sans aucun cadre, des offres de mobilité alternatives, entrainant un développement anarchique de l’offre.

Une gestion du sujet avec deux caractéristiques :

- Retard à l’allumage
Il aura fallu 2 ans entre l’arrivée du premier opérateur de scooters électriques et la signature

d’une charte pour réguler leur utilisation et leur stationnement...

Sur les trottinettes électriques, dès juillet dernier, je demandais à ce que la ville encadre leur développement. Vous m’aviez expliqué qu’une Charte entrerait bientôt en vigueur. Cette même charte qui 9 mois plus tard n’est toujours pas signée et à laquelle, malgré nos demandes, les élus n’ont pas été associés !

- Dans le mauvais sens

Comme toujours, l’Exécutif prend les sujets dans le mauvais sens. Pourquoi ne pas avoir, à l’instar de Bordeaux, déterminer le cadre avant d’autoriser l’installation des nouveaux opérateurs ?

C’est également illustré par cette délibération. En n’invitant les élus qu’à débattre du montant de redevances, sans débattre des conditions d’accès au marché parisien des acteurs du free floating qui seront déterminées par arrêté, on confisque le débat sur les conditions nécessaires au développement raisonné des nouvelles mobilités dans l’espace parisien.

A défaut d’avoir ce débat sur le sujet, nous voulons porter 3 priorités :

Sanctuariser les trottoirs

Les trottoirs doivent redevenir un sanctuaire pour les piétons. Depuis l’arrivée des nouveaux opérateurs, ce n’est plus le cas. Entre les équipements qui jonchent le trottoir et certains utilisateurs de trottinettes qui roulent dessus, les piétons ne se sentent plus en sécurité. Ces phénomènes sont accidentogènes et anxiogènes, notamment pour les personnes les plus fragiles et il faut y mettre fin.

Après un premier cafouillage laissant à penser que les trottinettes électriques pouvaient circuler sur les trottoirs, il est indispensable d’affirmer leur interdiction.

Et il est de votre responsabilité de veiller à ce que le stationnement des engins respecte l’espace public pour sanctuariser les déplacements piétons, notamment ceux des plus fragiles. Donc les opérateurs doivent s’y engager au nom de leurs clients. Cela peut passer par l’’obligation pour les utilisateurs de disposer leur engin aux endroits prédéfinis sous peine de malus pour lutter contre l’encombrement des trottoirs...

Sensibiliser

L’explosion du nombre de prises en charge de traumatismes liés à des chutes à trottinettes le démontre : la pratique des trottinettes électriques est dangereuse, notamment compte tenu de l’état de la chaussée parisienne d’une part et de pratiques trop répandues d’autres part : circulation à deux, sans casques, etc.

L’autorisation de présence sur l’espace public des nouveaux opérateurs, notamment ceux des trottinettes électriques doit être assortie d’une obligation de rappels des règles en vigueur et des dispositions du code de la route.

Verbaliser

Dans un précédent vœu, je demandais à ce que la verbalisation soit accrue, afin de faire respecter la sécurité des piétons et permettre la sensibilisation des usagers des trottinettes.

Où en est-on ? Car hormis l’opération de communication organisée la semaine dernière, les verbalisations restent trop peu nombreuses. Raison pour laquelle nous demandons dans notre vœu qu’un bilan du nombre de verbalisations liées à des circulations sur le trottoir.

Sur le vœu :

En réponse à notre vœu, vous avez déposé un vœu de l’exécutif : il va moins loin que ce que nous demandons. Et acte le fait que sur ce sujet, vous avez preuve d’un attentisme dont pâtissent aujourd’hui les piétons.

Nous ne pouvons que regretter le temps perdu !

Je vous remercie.