Modemparis.fr
Paris
Accueil > Article > Maud Gatel s'inquiete de l'avenir du service Velib'2 à Paris

Maud Gatel s'inquiete de l'avenir du service Velib'2 à Paris

3 Avril 2019

Dans son vœu au Conseil de Paris, Maud Gatel s'inquiète de l'avenir du service Vélib'2 et demande des comptes à la Mairie

(...)*

Considérant que les difficultés majeures rencontrées par les usagers de Vélib’ au cours de l’année 2018 ont eu un impact significatif sur la pratique du vélo à Paris puisque, selon les chiffres de la DVD, la fréquentation des aménagements cyclables a chuté de 24 % entre le premier semestre 2018 et le premier semestre 2017 et de 9 % entre le second semestre de 2018 et celui de 2017 ;

Considérant que toujours lors du Conseil de Paris de novembre 2018, l’adjoint en charge du dossier Vélib’ avait aussi déclaré : « Vélib' va mieux, il va même beaucoup mieux. Après des débuts que l'on peut qualifier de "catastrophiques", le prestataire a su se réorganiser pour identifier et résoudre les problèmes majeurs un par un, de telle sorte qu'aujourd'hui, le parcours client peut être considéré comme quasiment fiabilisé et le service, opérationnel. »

Considérant cependant que les données disponibles pour ce début d’année 2019 ne reflètent pas ce constat :

  • 1230 stations seront ouvertes au 31 mars, l’objectif de 1400 stations ouvertes étant dorénavant fixé à la fin du printemps (et non au 31 mars comme annoncé par le Président de Smovengo en septembre 2018) ;
  • 12700vélossontencirculationdont2500vélosàassistanceélectrique(soit20%alorsque le réseau est censé être composé de 30 % de vélos électriques) ;
  • Depuis le début de l’année 2019, le nombre de courses quotidiennes ne dépasse pas les 60 000, même durant les conditions quasi-estivales qu’a connues Paris au cours du mois de février, contre 100 000 en moyenne avant la transition ;
  • En mars 2019, environ 163 000 personnes étaient abonnées au service Vélib’ selon le chiffre donné lors de la réunion du Comité syndical du SAVM, contre 285 000 avant la transition ;
  • LesystèmePark+n’atoujourspasétéremisenservice;

Considérant qu’au-delà de ces données factuelles, les utilisateurs réguliers du service subissent aussi plusieurs dysfonctionnements liés à l’exploitation de ce dernier :

  • Une absence de régulation en journée qui provoque des déséquilibres importants sur le réseau avec des stations systématiquement vides dès les premières heures de la matinée et d’autres qui ne désemplissent pas ;
  • Desvélosélectriquesencoretroppeudisponibles;
  • Un trop grand nombre de vélos en mauvais état (chaîne qui saute, manchon de poignée retiré, etc.) ou privatisés ;

Considérant que l’arrivée du nouveau prestataire a conduit à des hausses de tarifs importantes pour l’usage d’un vélo mécanique : + 28 % pour un abonnement V-Plus (37,20 € par an), + 190 % pour le tarif V-Découverte (5 € pour une journée) ;

Considérant que les tarifs sont plus élevés pour l’utilisation de Vélibs électriques, ainsi, l’abonnement annuel V-Max revient à 99,60 € alors que l’utilisation ponctuelle d’un Vélib’ électrique dans le cadre d’un autre abonnement ou d’un Pass revient à 1 € supplémentaire par utilisation (puis 2 € par demi- heure au-delà de 30 minutes d’utilisation) ;

Considérant qu’à l’initiative du groupe UDI-MoDem, qui a déposé plusieurs vœux en Conseil de Paris en novembre 2017, février et mai 2018 formulant des demandes en ce sens, les abonnés ont bénéficié de plusieurs mesures de compensation :

  • Le maintien du tarif de leur abonnement antérieur pendant un an pour tous ceux abonnés avant le 1er janvier 2018 ;
  • Le remboursement intégral de leur abonnement pour la période allant de janvier à août 2018 ;
  • Le remboursement de 50 % de l’abonnement durant la période allant de septembre à novembre 2018 pour les nouveaux abonnés ;

Considérant cependant que depuis décembre 2018, tous les abonnés ou usagers épisodiques de Vélib’ paient un tarif plus élevé qu’avant le 1er janvier 2018 pour un service qui reste de moins bonne qualité, notamment pour les utilisateurs des vélos mécaniques ;

Considérant que si les opérateurs de vélos mécaniques en libre-service sans station ne semblent pas avoir trouvé de modèle économique viable à Paris, Vélib’ doit aujourd’hui faire face à la concurrence de nouveaux acteurs qui rencontrent un grand succès en exploitant des trottinettes, des scooters ou des vélos électriques ;

Considérant que depuis le début de l’année 2019, les représentants des communes membres du SAVM (compétence Vélib’) disposent de données actualisées mensuellement sur Vélib’ dans leur commune mais aussi sur l’ensemble du réseau via une application web dédiée ;

Considérant l’adoption du vœu, déposé par les élus du groupe UDI-MoDem, relatif au service Vélib’ dans les Conseils du 15e et du 6e arrondissements et à l’unanimité de celui du 13e arrondissement ;

Maud GATEL, Eric AZIERE, Edith GALLOIS, Eric HELARD, Philippe GOUJON et les élus du groupe UDI-MoDem émettent le vœu :

  • Que la Ville de Paris, dans le cadre de son rôle au sein du Syndicat mixte Autolib Vélib’ Métropole maintienne une pression forte sur Smovengo afin que :

    • -  La régulation des vélos soit effectuée beaucoup plus efficacement pour permettre une meilleure disponibilité des vélos, notamment le matin et le soir dans le cadre de déplacements domicile-travail ;

    • -  La qualité des vélos soit améliorée ;

    • -  Le système Park + soit remis en service au plus vite ;

  • Que dans le cadre d’un prochain point d’étape sur le déploiement de Vélib’, la Ville

    de Paris, le SAVM et Smovengo présentent leurs objectifs à long terme pour le service Vélib’, et les moyens qui seront mis en œuvre pour les atteindre, en termes :

    • -  D’augmentation du nombre d’abonnés ;

    • -  D’amélioration du parcours client ;

    • -  D’évolutions éventuelles du service (part du mécanique et de l’électrique,

      recours au « naming » de stations, etc.) ;

  • Que d’un point de vue budgétaire, le SAVM et la Ville de Paris indiquent aux élus

    parisiens comment les pénalités versées par le prestataire seront répercutées sur le budget de la collectivité parisienne et quelles seraient les conséquences financières d’un échec commercial à long terme du service Vélib’ ;

  • Que l’ensemble des conseillers de Paris puisse avoir accès à l’application web permettant aux communes membres du SAVM d’avoir des données actualisées sur le réseau Vélib’ ;

  • Que le rapport de l’Inspection générale de la Ville de Paris sur le marché Vélib’ 2 soit rendu public dans les plus brefs délais.

(*) Voir le voeu défendu par Maud Gatel dans son intégralité ci-dessous au format pdf disponible en téléchargement.