Modemparis.fr
Paris
Accueil > Article > Maud Gatel: Paris doit mettre en place des solutions durables pour stationner et circuler dans la capitale

Maud Gatel: Paris doit mettre en place des solutions durables pour stationner et circuler dans la capitale

31 Janvier 2017

Dans son intervention au Conseil de Paris, Maud Gatel rappel la nécessaire ambition de s'inscrire dans une véritable politique de déplacement et de partage de l'espace public.

Madame la Maire, mes chers collègues,

Dans le nouveau contexte lié à la municipalisation du stationnement et loi MAPTAM, vous nous proposez aujourd’hui une évolution de la politique du stationnement qui prévoit une très forte augmentation des tarifs et du montant des amendes.

Pour cela, vous vous fondez sur l’inefficacité du système actuel. En l’espèce, nous ne pouvons que partager ce constat : le dispositif existant est peu incitatif car les contrôles sont insuffisants pour que l’amende soit dissuasive. Et le nombre de voitures ventouses rend le stationnement difficile pour les automobilistes souvent amenés à chercher un stationnement pendant de longues minutes, contribuant ainsi à augmenter la pollution.

Si nous partageons le constat de la nécessité de réformer le système actuel, nous regrettons une nouvelle fois le manque de transparence qui a présidé à cette réforme.

Cela a débuté par une communication sur un chiffre délibérément exagéré, comme l’ont prouvé par la suite les relevés réalisés : ces fameux 91% d’automobilistes qui ne s’acquitteraient pas du stationnement en surface. Une grosse ficelle destinée à faire passer la pilule de l’augmentation des tarifs de stationnement et du FPS.

Et cela pose une nouvelle fois la question de la sincérité de l’action publique.

Car il y a quelques mois, lorsque nous avions prédit que la privatisation du stationnement s’accompagnerait d’une augmentation des tarifs, vous aviez mollement démenti. Car vous pouvez jouer sur les mots, lorsque vous dites que le stationnement n’augmente pas puisqu’aujourd’hui il n’est autorisé que sur une durée de 2 heures… c’est bien de cela qu’il s’agit. Une augmentation des taxes qui vient s’ajouter à toutes les autres. Après déjà un durcissement en 2015 des conditions de stationnement :

  • stationnement dû jusqu’à 20 heures, le samedi et en août
  • augmentation des tarifs pour les visiteurs comme les résidents

S’il faut faire évoluer le système, à condition qu’on s’accorde sur des éléments impartiaux et partagés, il nous semble que vous ne prenez pas suffisamment en compte deux éléments : la pollution en ville et la voiture dans l’espace public. Deux choses qui ne vont pas forcément de pair dans votre communication.

La lutte contre la pollution est une impérieuse nécessité. Favoriser les véhicules propres doit être une priorité. Mais réduire les facteurs de pollution également, telles que les congestions, liées à l’absence de transports alternatifs et de qualité, ou le fait d’avoir à chercher un stationnement trop longtemps.

Mais au-delà de cette politique de court et moyen terme, nous devons nous poser la question de la place de la voiture en ville. Car dans quelques années, lorsque les voitures seront toutes électriques, la question du partage public demeurera. Et là nous avons un profond désaccord avec vous : nous considérons qu’il faut à la fois mieux partager l’espace public, et qu’il est impératif de permettre les déplacements. Car la voiture reste indispensable pour nombre de nos concitoyens, pour des questions d’accessibilité et de mobilité. Sans compter les professionnels et les livraisons.

Nous, nous souhaitons que l’espace public soit libéré du stationnement de surface. Il ne s’agit pas d’interdire la voiture. Il s’agit de favoriser le stationnement souterrain. Et pour ce faire ouvrir enfin au stationnement les parkings des administrations, des bailleurs sociaux, et même des entreprises privées qui disposent de très nombreuses places non utilisées. En commençant par le stationnement résidentiel. Les technologies du numérique l’autorisent désormais.

En un mot, une politique permettant de mieux partager l’espace public pour que chacun y trouve sa place.

Ce n’est pas le choix que vous faites, puisque ce nouveau règlement permet désormais le stationnement pour une durée consécutive de 6 heures. On est bien loin de favoriser la rotation…

Notre ambition est de s’inscrire dans une véritable politique des déplacements et de partage de l’espace public. La politique de stationnement peut être, et doit être, un levier d’une politique globale. Là, vous donnez le sentiment que la seule chose qui vous anime est de combler le trou du budget municipal.

Or l’objectif ne peut pas être de maximiser les revenus du stationnement de surface, mais bien de poser les bases de solutions durables pour stationner et circuler dans la capitale, durables à la fois au sens écologique et économique. La délibération que vous nous proposez manque cette opportunité.

Je vous remercie.

Agenda

16/12/17 à 09:00

Conseil national du Mouvement Démocrate

16/12/17 à 11:00

Congrès du Mouvement Démocrate

17/12/17 à 09:30

Congrès du Mouvement Démocrate

08/01/18 à 19:00

Vœux du Groupe UDI-MoDem à l'Hôtel de Ville

10/01/18 à 19:30

Vœux du groupe MoDem au Conseil régional

Voir tout l'agenda