Modemparis.fr
Paris
Accueil > Article > Maud Gatel au Conseil de Paris à propos de la propreté: face à l'échec nous devons changer de braquet !

Maud Gatel au Conseil de Paris à propos de la propreté: face à l'échec nous devons changer de braquet !

5 Février 2018

Maud Gatel intervenait au Conseil de Paris dans le cadre du débat sur la propreté à Paris: une priorité absolue qu'il convient aujourd'hui de qualifier d'échec face à l'insatisfaction des parisiens.

Je tiens à saluer le travail important et nécessaire de la MIE. 45 mesures de bon sens que ma collègue Edith Gallois a eu l’occasion de présenter.

Je me réjouis particulièrement de l’adoption de mesures que nous avions portées à de nombreuses reprises :

  • L’accent sur la valorisation des carrières pour lutter contre l’absentéisme
  • La responsabilisation des professionnels et des entreprises intervenant sur l’espace public
  • La lutte contre les dépôts sauvages, et notamment les déchets de chantiers
  • Le renforcement de l’information sur le tri
  • La mise en place de corbeilles de rue à proximité immédiate des points d’attente
  • La nécessaire transparence sur les moyens déployés rue par rue en matière de propreté pour une meilleure information des Parisiens.
  • L’expérimentation de la fiscalité incitative

La MIE a mené un travail consensuel car pragmatique. Mais quelle suite y sera donnée ? C’est là que le bât blesse.

L’an passé, au moment où nous débattions de votre communication déjà intitulée « Objectif Paris propre », vous affirmiez vouloir faire de la propreté une « priorité absolue ».

Or, la manière dont vous abordez ce débat démontre qu’il n’en est rien. Si la propreté était votre priorité, j’ose espérer que les résultats seraient là. Pour vous, ce n’est qu’un simple sujet de communication, un sujet que vous semblez découvrir. Instrumentaliser aussi.

Le rapport de la conférence des citoyens est à ce titre éclairant. Associer les citoyens à l’évaluation et à la conception des politiques publiques, c’est bien sûr indispensable. Confier l’exercice à une entreprise privée, alors qu’il existe de très nombreuses instances de concertation, c’est beaucoup plus contestable tant sur le plan des finances publiques que sur le plan de la méthode. Surtout quand les conclusions tirées par les participants, éclairés par les experts proposés par la ville, dédouane l’Exécutif des dysfonctionnements que les Parisiens et les visiteurs constatent chaque jour. Non, seuls sont responsables de la malpropreté – ne parlons pas de saleté – les nouveaux usages – la fête – et l’incivisme des Parisiens et des visiteurs.

Petit florilège :

« Dans les 18e, 19e et 20e arrondissements, les moyens mis en place par la ville sont jugés à la hauteur des enjeux locaux spécifiques »

Les habitants de ces arrondissements apprécieront…

« L’ensemble des citoyens a indiqué que le budget municipal dédié à la propreté semble conséquent et suffisant et ne nécessite pas un relèvement à travers une augmentation des impôts ».

Vous noterez le formidable biais dans la manière dont les choses sont posées.

C’est notre 3e débat en 3 ans. Et je crains que cela ne soit une 3e communication pour rien, malgré la qualité des propositions de la MIE.

Pourquoi ?

Car le constat de la situation n’est pas partagé. Contrairement à une majorité des Parisiens, vous ne considérez pas que la propreté soit un sujet de préoccupation. Ce qui vous permet de vous accorder un satisfecit sur la politique menée en la matière depuis le début de votre mandature.

« Dès 2014 (…), nous avons engagé le saut qualitatif et quantitatif attendu par les Parisiens pour améliorer la propreté de Paris ». Vous l’avez redit ce matin dans votre intervention.

C’est donc « circulez, il n’y a rien à voir ».

Vous n’êtes en rien responsable de l’état de nos rues, ce sont les autres. L’incivisme, les professionnels. Vous niez le sujet et en ce faisant, ce que vivent les Parisiens. Votre communication réalise même l’exploit de ne pas parler des nuisibles.

Une communication réaliste aurait dû poser les choses en ces termes : « Nous avions fait de la propreté une priorité absolue ; malheureusement, en dépit des mesures prises, la situation ne s’est pas réellement améliorée et les Parisiens et les visiteurs continuent d’exprimer une insatisfaction sur ce sujet qui pèse sur le cadre de vie des Parisiens et sur l’attractivité de notre capitale. Face à ce qu’il convient de qualifier d’échec, nous devons dès lors changer de braquet et affirmer une volonté politique plus forte en la matière qui se traduira par un plan d’action réellement ambitieux. Et pour ce faire, toutes les énergies doivent être mobilisées. ».

Si votre communication utilisait un tel langage de vérité, nous pourrions faire avancer les choses. De la manière constructive qui a prévalu dans le cadre de la MIE.

Ne pas prendre la mesure de l’insatisfaction obère tout volontarisme politique.

Paris, les Parisiens et les visiteurs méritent mieux que cette communication, à tous les sens du terme.

Je vous remercie.

Agenda

25/10/18 à 19:00

Réunion des Démocrates VIIIe et XVIIe

Voir tout l'agenda