Modemparis.fr
Paris
Accueil > Article > Tour Triangle : "Je suis fier du vote pour lequel les générations futures nous diront merci"

Tour Triangle : "Je suis fier du vote pour lequel les générations futures nous diront merci"

16 Juin 2015

Yann Wehrling intervenait hier soir en conseil d'arrondissement, à propos de la tour triangle dont le vote est prévu, à nouveau, au prochain Conseil de Paris.

Monsieur le maire,

En premier lieu, permettez-moi de regretter l’absence de la maire de Paris au conseil d’arrondissement ce soir. Je comprends bien que dans sa fonction, il peut arriver qu’on ait des priorités qui conduisent à faire des choix dans son agenda. Précisément, ce soir, nous débattons d’un sujet majeur pour cet arrondissement. Et au regard du caractère particulièrement impactant du projet de tour Triangle, tant pour le XVème que pour Paris, il eut été plus que souhaitable que la Maire assiste à ce conseil et ait quelques considérations pour les habitants d’un arrondissement où elle habite et où elle est élue.

Il nous est donc demandé de revoter sur la Tour triangle… pas la tour triangle 2, la tour triangle 1 ! Oui, la tour triangle 1 !

Arrêtons de nous prendre les uns et les autres pour des imbéciles. On a changé une virgule pour justifier juridiquement de représenter au vote un projet sans attendre la décision de justice qui demandait l’invalidation du dernier vote. Il y a quelque chose de détestable dans tout cela. Récemment, nous votions pour contester le projet de la FFT portant sur l’extension du stade de Roland Garros sur les serres d’Auteuil…, et ce projet se fera quand même. Là, nous votions contre la Tour triangle, et la maire veut à nouveau passer en force ; Le Conseil de Paris n’est plus seulement une chambre d’enregistrement, c’est un simulacre de démocratie totalement caricatural.

Espérons au moins que le prochain conseil de Paris n’en rajoutera pas dans les manipulations avec un vote à bulletin secret avec un isoloir en séance, chose qu’on ne voit pour aucun autre vote à bulletin secret, ni même pour aucun vote sur un dossier d’aménagement. Il fera jurisprudence dans les annales de la démocratie municipale (triste trophée Madame la Maire) car les votes à bulletin secret ont leur raison d’être pour élire des personnes, jamais, nulle part, pour des dossiers de fond au sujet desquels les parisiens ont le droit de savoir quel est le vote de leur représentant. La démocratie via des représentants des citoyens n’a de sens que si représentant rime avec transparent.

A ces préalables de forme absolument fondamentaux : le respect des votes de l’assemblée élue et la transparence, s’ajoutent les questions de fond.

De quoi devons-nous redébattre ?

Quand je parle d’une virgule qui a changé, c’est à peine si j’exagère. Ce d’autant plus qu’une fois la parcelle libérée, quel moyen aurons-nous de vérifier le respect des vagues mètres carrés supplémentaires dévolus à un hôtel. L’exigence des élus du XVème, c’était un projet au service du parc des expositions et des habitants du XVème. Les exposants du parc ont besoin d’un parc rénové, pas d’une tour. Bien au contraire, pour ceux que nous avons pu rencontrer, tous font part de leur inquiétude quant aux impacts potentiellement négatifs de cette tour sur l’avenir même du parc. Quant aux habitants, je devine mal en quoi ils pourraient profiter d’une tour de bureau ou d’un hôtel de luxe. Tout juste pourront-ils apprécier un colosse de béton dont la transparence sera celle d’un miroir géant. Quant aux occupants de la tour, ils satureront les lignes de tram et de métro, ce d’autant plus qu’ils s’ajouteront à tous ceux qui se profilent du côté de Balard. Et qu’on arrête de nous présenter les futures lignes du grand Paris express comme des solutions… elles ont un aboutissement si lointain que la vérité à dire à tous les usagers tu T3 et des lignes 12 et 8, c’est qu’ils vont en baver pendant plusieurs longues années.

Et du point de vue environnemental, rien de neuf. Nous avons là une immense serre qui, pour la rendre supportable, aura pour principal poste énergétique : la climatisation. Même à recourir à de la géothermie pour une part infime de ses besoins énergétiques, quel gâchis à quelques mois de la COP21. J’ai, bien entendu, comme vous, lu qu’Unibail nous annonce une performance énergétique absolument remarquable : la tour la plus écologique du monde en comparaison de toutes celles qui sortent de terre ! En pareille circonstance, quelle doit être l’attitude des pouvoirs publics, de nous autres élus : celle d’avoir une information objective qui, sans leur faire insulte, ne peut aucunement provenir du maitre d’œuvre lui-même. Ceci pose la question de la contre-expertise neutre et indépendante… indépendante en premier lieu de celui qui a le plus d’intérêt dans l’affaire : le maitre d’œuvre. Indépendant aussi, malheureusement dans ce cas présent, de la ville de Paris qui a perdu toute impartialité dans ce dossier. Je soulève ici la question des moyens de contre-expertise donné aux élus d’opposition, et aux citoyens en général d’ailleurs. Quand un dossier est aussi débattu, la maire de Paris aurait dû diligenter, avec un vrai sens de l’intérêt général, une contre-expertise. Mais on l’a vu dans le dossier « Roland Garros », même quand le Conseil l’obtient au forceps, la contre-expertise n’arrive pas à se mener en toute indépendance.  Il y a décidément encore du chemin à faire vers la démocratie exemplaire.

Et puis, d’un point de vue urbanistique, regardons Paris, regardons-la depuis les quelques points de vue que nous offrent la butte Montmartre ou le dernier étage de la Tour Eiffel. Un paysage qui vaut de l’or. Une ville préservée de cet urbanisme champignon si mal maitrisé qu’on voit dans tant de mégalopole du monde, cédant au mirage phallique des tours dont chacune doit être plus haute que l’autre. Est-on, nous aussi, obligés de céder à cette uniformisation urbanistique ? N’avons-nous pas la force de résister à cette fausse idée du développement économique ? Ceux qui ont décidé en son temps de la Tour Montparnasse avaient, j’en suis sûr, cédé aux mêmes arguments qu’aujourd’hui. Et que les aurions-nous remercié aujourd’hui, nous, leurs générations futures, s’ils avaient su résister à cette fausse idée de modernité qu’on nous revend aujourd’hui.

Enfin, venons-en à l’argument économique. On me dit que « les milieux économiques » seraient favorables à ce projet. Ah bon ? Qui ? Du côté des premiers concernés, les utilisateurs du parc des expositions, c’est l’expectative. Quant aux acteurs économiques régionaux que je rencontre en ce moment du fait d’une campagne électorale que je mène, je dois honnêtement avouer que pas un, pas un ne parle de la tour triangle. Le développement économique, oui, nous en parlons… pour évoquer les complexités administratives qui ne diminuent pas, une administration qui n’est pas au service des entreprises mais en surveillance tatillonne permanente, un environnement juridique et fiscal instable qui change tous les matins, des collectivités locales qui ne s’entendent pas pour coordonner leurs messages et leurs actions envers les entreprises… voilà ce dont les entreprises nous parlent… pas de la tour triangle. Oh, bien sûr, l’opérateur intéressé à l’affaire n’est pas sans influence sur la place et il aura décidément fait beaucoup pour qu’on dise du bien de cette tour. Cette tour participera sans doute indubitablement au développement économique de cet opérateur…  de Paris, permettez-moi d’en douter.

Agenda

00/00/00 à 00:00

2e tour de l'élection présidentielle

Voir tout l'agenda